Vaillancourt & Vaillancourt - Notaires et conseillers juridiques AccueilQui sommes-nousUn peu d'histoireInformations juridiquesCoordonnées et liens utiles
Vaillancourt & Vaillancourt - Notaires et conseillers juridiques

 

 

 

 

238, boulevard Ste-Rose, Laval

Chaîne des titres de propriété
Établie suivant les registres du bureau d'enregistrement de Laval

Au début du siècle, Félix Labelle, contracteur et maire du village de Ste-Rose, devenait propriétaire du terrain vague sur lequel notre maison fut construite, au moyen de trois actes de vente: le premier à lui consenti par J.A. Mancotel, en sa qualité d'exécuteur testamentaire de la succession Flavien Filiatrault, en son vivant médecin et registrateur, reçu par Me C. Paquet, notaire, le 29 août 1903; le deuxième par acte de vente à lui consenti par J.D. Lecavalier devant Me H. Gohier, notaire, le 1er juin 1904; et le troisième par acte de vente par Théophile Chalifoux reçu par Me C. Paquet, notaire, le 27 septembre 1904.

 

 
   
Le 13 octobre 1903 Me A.A. Legault, notaire, recevait le contrat de mariage de Marie Rose Augustine Labelle et de son futur époux, Napoléon Plouffe.  Ce contrat de mariage établissait le régime de la séparation de biens et Félix Labelle, père de la future épouse, y intervenait pour faire donation à sa fille, du terrain vague ci-dessus, "avec les bâtisses que le donateur pourrait faire construire sur icelui emplacement...".

Le 9 mai 1911, devant Me Ernest R. Décary, notaire, Marie Rose Augustine Labelle, veuve de Napoléon Plouffe, écuyer et médecin de Ste-Rose, vendait le terrain et la bâtisse à Régina Gougeon, épouse de Joseph O. Trudel.  À la vente est intervenu Félix Labelle, père de la venderesse, pour y consentir.

La maison aurait donc été construite entre 1903 et 1911.

Le 31 juillet 1912, devant Me A.A. Legault, notaire, Régina Gougeon, épouse de Joseph Olivier Trudel, grevée de substitution en faveur de ses enfants, et Charles-Stanislas Tassé, notaire de Ville St-Laurent, curateur à la substitution, vendaient au capitaine Pierre Robert de Pont-Viau, l'immeuble complet "incluant les prélarts et tapis couvrant planchers et escaliers du premier étage", pour $7,500.00.

Ledit Pierre Robert décédait le 18 février 1921 et en vertu de son testament reçu par Me Narcisse Pérodeau, notaire, le 27 mars 1899, "ledit Pierre Robert dit Lamouche, cultivateur du village de Côte-des-Neiges ouest, maintenant bourgeois de St-Vincent-de-Paul", léguait tous ses biens à son épouse commune en biens, Vitaline Latour.  La maison portait alors le numéro 168, boulevard Ste-Rose.

Le 15 mars 1924, était sanctionnée une loi spéciale de la législature provinciale, 14 George V, Chapitre 146, intitulée "Loi ratifiant et confirmant une vente d'immeuble par dame Régina Gougeon et vir et autres, ès qualité, à Pierre Robert".  Cette loi spéciale validait la vente ci-dessus.
 
Le 11 août 1924 par acte reçu par Me Georges Mayrand, notaire, Alphonse Cool requérait l'enregistrement d'une promesse de vente signée en sa faveur par Vitaline Latour-Robert le 23 décembre 1923, suivant laquelle celle-ci promettait lui vendre l'immeuble qualifié de "cottage", pour le prix de $10,000.00.  Ladite Vitaline Latour-Robert a refusé par la suite de signer la vente notariée: l'affaire a tourné en procès en Cour Supérieure du district de Montréal où, le 6 février 1925, l'Honorable juge Ed. Fabre Surveyer, donnait raison audit Alphonse Cool contre Vitaline Latour-Robert et déclarait ledit Alphonse Cool seul propriétaire de l'immeuble.

Le 19 janvier 1927 devant Me J.A. Lavoie, notaire, Alphonse Cool vendait l'immeuble pour $7,550.00 à Georges Laporte, marchand de fourrures.

Le 7 août 1934 devant Me Paul Guillet, notaire, Georges Laporte vendait l'immeuble pour $6,000.00 à Joseph Napoléon Drapeau, courtier d'assurances de Montréal et le même jour, devant Me Jean-B. Latour, notaire, Joseph Napoléon Drapeau vendait l'immeuble pour $6,000.00 à Robert Poisson, avocat.

Le 19 novembre 1945 devant Me Jean-B. Latour, notaire, Me Robert Poisson vendait l'immeuble pour $15,000.00 à Irénée Bastien, père, cultivateur, "avec droit pour l'acheteur de prendre possession préalable de l'immeuble pour faire un logement séparé en haut".

Le 26 juillet 1954 devant Me Jean-Paul Latour, notaire, Irenée Bastien, père vendait l'immeuble pour $13,000.00 à J. Irénée Bastien, fils, hôtelier de Ste-Rose.

Le 19 octobre 1956 devant Me Jean-Paul Latour, notaire, J. Irénée Bastien, fils vendait l'immeuble pour $30,000.00 à Dame Marie-Anne Clermont veuve d'Émile Labelle.

Le 27 juillet 1965 devant Me Jean-Paul Latour, notaire, Marie-Anne Clermont-Labelle vendait l'immeuble pour $36,000.00 à Omer Barré.

Finalement, après avoir occupé l'immeuble comme locataires depuis le 1er mai 1965, nous l'avons acheté de la succession Omer Barré le 1er septembre 1974 et nous l'occupons avec honneur et respect depuis cette date.

Me Roland Vaillancourt, notaire
Me Michel Vaillancourt, notaire
Me Antoine Vaillancourt, notaire